Habitat 

Énergies
Quand écologie rime avec économies

Par Marie-christine Ménoire |  Le 14/11/2018

Aujourd'hui, une des préoccupations majeures des propriétaires est de consommer le moins d'énergie possible tout en conservant un confort de vie maximal. Pour parvenir à cet objectif, il est nécessaire de bien connaître son logement afin d'envisager les travaux prioritaires et d'utiliser les bonnes énergies.

Des travaux à envisager

Si votre logement est ancien et que vous estimez qu'il consomme trop d'énergie pour un confort plus ou moins satisfaisant, ciblez les travaux à réaliser en priorité. Sachez que statistiquement, il est prouvé que les déperditions de chaleur sont estimées à :
  • 25 à 30 % pour le toit
  • 20 à 25 % pour les murs mal ou non isolés
  • 10 à 15 % pour les portes et fenêtres
  • 7 à 10 % pour le plancher
  • 5 à 10 % pour les ponts thermiques.
  À partir de là, il sera plus facile de déterminer les travaux à réaliser :
  • l'isolation sous toutes ses formes. Qu'elle soit dans les combles, intérieure ou extérieure, une bonne isolation peut vous faire économiser jusqu'à 50 % de votre facture énergétique. L'isolation par l'intérieur permet d'améliorer les performances thermiques de la maison, sans modifier la façade. Son coût est peu onéreux et la surface des pièces isolées sera légèrement réduite.
    En isolant par l'extérieur, notamment lorsqu'un ravalement est à faire, cela permet d'éliminer la plupart des ponts thermiques (et donc les pertes de chaleur). Son coût est toutefois plus élevé qu'une isolation par l'intérieur. Par ailleurs, comme cette technique modifie l'aspect extérieur de la maison, une déclaration préalable de travaux, voire une demande de permis de construire, est nécessaire ;
  • le changement des menuiseries. Certes, cela représente un coût au départ mais après, en plus du confort, en consultant vos factures d'énergie, vous verrez que le jeu en vaut la chandelle ;
  • le choix des bons équipements de chauffage. Lors du renouvellement d'une chaudière, le choix du nouvel appareil ne doit pas être réalisé uniquement en fonction de son prix. En optant pour une chaudière basse température dernier cri, vous payerez plus cher, mais ce surcoût sera rapidement rentabilisé par les économies d'énergie réalisées. Concernant les radiateurs, les anciennes générations sont très énergivores pour un confort de chauffe plutôt décevant. Les nouveaux produits (radiants, plancher chauffant…) apportent un réel confort et permettent de réaliser, à long terme, de vraies économies. Veillez également à l'entretien de vos équipements. Les brûleurs des chaudières au fioul doivent être régulièrement nettoyés pour optimiser les rendements de chauffe. Si vous avez un système de chauffage central, pensez à purger régulièrement les radiateurs.
Dans le neuf, les nouvelles constructions répondent à des normes assurant un maximum de confort thermique et utilisent des matériaux de plus en plus performants. Vous serez assuré d'être dispensé de gros travaux pendant un certain temps et de ne pas jeter l'argent par les fenêtres.
 

C'est aussi au quotidien

Quelques gestes du quotidien, simples à réaliser, peuvent avoir un impact sur l'environnement... et sur votre porte-monnaie. Quelques exemples :
- pour votre électroménager, choisissez la classe A+
- dégivrez tous les trois mois réfrigérateur et congélateur : une couche de 4 mm de givre double la consommation d'électricité
- ne laissez pas vos appareils électriques en veille, car ils continuent à consommer de l'énergie. Installez des prises multiples munies d'interrupteurs. Vous économiserez jusqu'à 10 % de votre facture.
- pour éviter le gaspillage d'eau, installez des régulateurs de débit d'eau sur les robinets, une douchette économiseur d'eau…
- ne chauffez pas trop. Baisser d'un degré la température des pièces représente une économie de l'ordre de 7 %
- équipez vos radiateurs d'un robinet thermostatique
- éteignez les lumières en quittant une pièce
- pensez à la domotique pour réguler à distance votre consommation d'énergie tant pour la lumière que pour le chauffage.

Des énergies à privilégier

Les dispositifs de chauffage utilisant des énergies renouvelables permettent à la fois de réduire son empreinte environnementale et sa facture énergétique. Même si un équipement de ce type est onéreux à l'achat, il reste toutefois un bon investissement au fil des années. En effet, bien souvent, son utilisation permet de se chauffer et ainsi de diminuer ses dépenses en chauffage "classique" :
  • la géothermie. Elle utilise la chaleur naturelle présente dans le sol. Presque tous les terrains se prêtent à une exploitation géothermique. Seule réserve, ceux très argileux ou caillouteux, dans lesquels le transfert d'énergie ne sera pas optimal. N'étant pas tributaire des conditions climatiques, la géothermie vous garantit des performances constantes, même dans les régions froides ;
  • l'aérothermie. La pompe à chaleur prélève la chaleur naturelle présente dans l'air. C'est la solution idéale pour les petits terrains, facile à mettre en œuvre car ne demandant pas de surface de captage. Elle ne nécessite pas de travaux d'envergure puisqu'elle est simplement placée sur une toiture-terrasse, derrière une haie ou sur un balcon. Seul inconvénient : lorsque la température extérieure baisse, un appoint de chaleur est souvent nécessaire si l'hiver est rigoureux ;
  • l'énergie solaire. Il s'agit de capter les rayons du soleil par un ou plusieurs panneaux, installés sur le toit ou sur le terrain, alimentant au moyen d'un échangeur thermique le chauffage intérieur, un ballon d'eau chaude…  Le chauffe-eau solaire est particulièrement adapté aux maisons individuelles neuves ou à un projet de rénovation d'une installation d'eau chaude ;
  • la biomasse consiste en la collecte de l'ensemble des déchets organiques pouvant être employés comme combustibles pour la production d'énergie (par exemple les déchets des industries de transformation du bois et les déchets végétaux agricoles).

Énergies renouvelables : que des avantages

Les énergies renouvelables participent à la protection de l'environnement, de votre santé et "accessoirement"… de votre portefeuille

La thermographie traque les fuites

La thermographie infrarouge permet en effet de "visualiser" les fuites d'énergie d'un bâtiment et d'évaluer la qualité de son isolation. Elle permet de traquer précisément les déperditions de chaleur, de repérer exactement les zones où il est nécessaire d'intervenir. La thermographie est la méthode la plus simple et la plus directe pour identifier et mettre en évidence les défauts du bâtiment.
Le professionnel, à l'aide d'une caméra thermique, repère les zones par lesquelles la chaleur s'échappe. Il s'agit généralement des jointures des différents éléments composant la maison comme par exemple les fenêtres, les portes, les façades, les ponts thermiques dans la pose de l'isolation…
Sur chaque image, la température est codifiée par une couleur. Plus la température d'un point est froide, plus la couleur la représentant va se situer dans les teintes dites froides (noir, violet, bleu). À l'inverse, plus la température d'un point est chaude, plus la couleur la représentant va se situer dans les teintes dites chaudes (jaune, orange, rouge).