Interview 

Marché immobilier à grande vitesse
Embarquez avec le notaire !

Par Christophe Raffaillac |  Le 21/02/2019

En 2018, le marché immobilier girondin enregistre un rythme de croisière à faire pâlir d'envie bien d'autres territoires. Il faut dire que certains chiffres donnent un peu le vertige vu la progression qu'ils connaissent. À Bordeaux, le prix des appartements nous transporte vers les sommets avec un prix médian de 4 210 €/m2. Un tarif qui permet à la ville d'occuper la 3e place sur le podium des villes les plus chères de France derrière Nice et Aix-en-Provence. Le tout à un rythme effréné puisque l'on enregistre une progression de 17,8 % sur 12 mois. À l'échelle de la métropole bordelaise, le marché ne subit qu'une petite baisse de régime. Le prix médian des maisons anciennes s'élève à 320 000 € dans un contexte haussier de + 9 %. À l'instar des secteurs Sud-Garonne et Médoc où les maisons augmentent de respectivement  de + 5 % et 4,6 % et 3,4 %.
Dans ce grand élan immobilier, seuls les secteurs Entre-deux-Mers et Nord-Gironde semblent un peu marquer le pas. Ils se satisfont de hausses contenues de 3,4 % pour le premier et de 1 % pour le second. Au-delà de ces chiffres, découvrons les caractéristiques propres à chaque secteur au travers des témoignages des notaires sur la base des ventes enregistrées sur 12  mois à fin octobre 2018.

Guillaume LORIOD Notaire à Gujan-Mestras

« Le bassin d'Arcachon confirme son attractivité, au point de dépasser Bordeaux quant aux prix des maisons et des appartements. Comme la demande provient majoritairement d'acquéreurs étrangers au département, cela se traduit par un manque de biens. Cette tension se ressent d'abord au niveau des appartements même si les prix demeurent relativement stables. Sur le bassin, il faut compter 150 000 € pour les T2 ou T3 les plus abordables, sachant que le prix atteint souvent les 250 000€. Si le bien se situe à Arcachon avec vue sur mer, le budget explose ! Dans ce marché tendu, tout autant difficile de comparer le prix des maisons selon qu'elles se situent à Pyla-sur-Mer ou dans la ville d'Arcachon. Une maison aux prestations standard se négocie aux alentours de 450 000 € dans un contexte fortement haussier de 10 % sur le bassin en 2018. Tous les biens en dessous de 200 000 € présentent de gros problèmes juridiques ou nécessitent de lourds travaux. Les terrains attisent les convoitises avec des envolées de prix à la clé qui obligent les acquéreurs à s'éloigner du bassin. D'où un effet de ruissellement vers les communes limitrophes du nord des Landes. Belin-Béliet, Mios, Salles ou Sanguinet voient en effet leurs prix fortement dopés par ce flux de population.»