Habitat 

Marché immobilier à grande vitesse
Embarquez avec le notaire !

Par Christophe Raffaillac |  Le 21/02/2019

Comme sur des rails, le marché immobilier girondin profite de sa locomotive bordelaise pour le conduire vers des records de prix. Un arrêt s'impose afin de connaître le ticket
à payer pour acheter une maison, un appartement ou un terrain. Bienvenus à bord pour découvrir les tendances 2018 que les notaires ont pu observer aux quatre coins du département.

En 2018, le marché immobilier girondin enregistre un rythme de croisière à faire pâlir d'envie bien d'autres territoires. Il faut dire que certains chiffres donnent un peu le vertige vu la progression qu'ils connaissent. À Bordeaux, le prix des appartements nous transporte vers les sommets avec un prix médian de 4 210 €/m2. Un tarif qui permet à la ville d'occuper la 3e place sur le podium des villes les plus chères de France derrière Nice et Aix-en-Provence. Le tout à un rythme effréné puisque l'on enregistre une progression de 17,8 % sur 12 mois. À l'échelle de la métropole bordelaise, le marché ne subit qu'une petite baisse de régime. Le prix médian des maisons anciennes s'élève à 320 000 € dans un contexte haussier de + 9 %. À l'instar des secteurs Sud-Garonne et Médoc où les maisons augmentent de respectivement  de + 5 % et 4,6 % et 3,4 %. Dans ce grand élan immobilier, seuls les secteurs Entre-deux-Mers et Nord-Gironde semblent un peu marquer le pas. Ils se satisfont de hausses contenues de 3,4 % pour le premier et de 1 % pour le second. Au-delà de ces chiffres, découvrons les caractéristiques propres à chaque secteur au travers des témoignages des notaires sur la base des ventes enregistrées sur 12  mois à fin octobre 2018.

Bordeaux Métropole Les appartements au sommet !

visuel dossier
Avec 17,8 % de hausse en 2018, les appartements bordelais témoignent de la forte attractivité de la ville. Ils se négocient 4 210 €/m2 sans faire de concession à d'éventuels élans spéculatifs. Ce qui les situe au même tarif que les logements neufs. Tandis que les secteurs Hôtel de Ville - Quinconces et Saint-Seurin - Fondaudège cotoient les 5 000 €/m2 (respectivement 5 380 € et 4 980 €), le quartier du Lac ferme la marche en affichant un tarif de 3 330 €/m2. Notons que le secteur Chartrons - Grand-Parc connaît la plus forte augmentation pour atteindre 17,7 % pour se négocier 4 150 €/m2
À l'échelle de la métropole bordelaise, le prix de vente médian des maisons anciennes atteint 320 000 €, enregistrant une hausse de 9 % en 2018. Si certaines communes de la métropole affichent des hausses spectaculaires - Blanquefort (+17 %), Léognan (+19 %) et Artigues-près-Bordeaux (+20 %) - quelques-unes marquent  le pas comme Lormont (-6 %), Tresses (-5%) et Saint-Jean-d'Illac (-2 %), entrouvrant ainsi des portes aux primo-accédants… Les prix des appartements se montrent plus avenants qu'au sein même de Bordeaux. Ils s'élèvent à 2 770 €/m2 et enregistrent une hausse de 11,6 % sur 12 mois. Tandis que Talence arrive en pôle position des villes les plus chères de la métropole à 3 200 €/m2, Lormont ferme la marche avec un prix de  1 910 €/m2. Un secteur où le neuf se détache vraiment contrairement à Bordeaux, puisque le prix médian des logements sur plan s'élève à 3 920 €/m2.

Bassin d'arcachon Des maisons d'exception

visuel dossier
Si le prix des appartements conserve son rythme de croisière pour se maintenir à 3 980 €/m2, les maisons affichent une hausse de 10 % sur le bassin d'Arcachon avec un prix médian de 335 600 €. Le secteur se caractérise par sa grande disparité dans l'échelle de prix : tandis que Lège Cap-Ferret culmine à 715 000 €, la ville de Biganos limite les frais à 251 000 € pour l'achat d'une maison !
Dans la ville même d'Arcachon, le marché subit une forte accélération avec 14 % de hausse pour des maisons affichées 545 000 €. Les appartements ne ménagent pas non plus le portefeuille des acquéreurs puisqu'ils se négocient 5 330 €/m2 dans un contexte haussier de 7,5 %.

Médoc et Nord Gironde Priorité à la qualité de vie

visuel dossier
Apprécié pour sa qualité de vie, le Médoc voit ses maisons largement recherchées par les acquéreurs. Pas étonnant si le prix médian atteint 190 700 € dans un contexte haussier de +4,6 %. Les appartements ne semblent pas avoir les mêmes faveurs des acquéreurs car leur prix recule de - 8,1 % pour s'établir à 2 490 €/m2. Sur le marché foncier, les parcelles se sont vendues 45 €/m² dans le Médoc-Nord contre 115 €/m² dans le Médoc-Sud. Écart qui s'explique en partie par la surface des terrains vendus. Le Nord Gironde reste le secteur le plus accessible pour l'achat d'une maison ancienne. Le prix de vente médian atteint 155 000 € dans un marché stable (+1 %). Cependant, ce constat varie selon la taille des maisons car les biens de 4 pièces ont augmenté de presque 4 % pour atteindre 145 300 €.

Entre-deux-Mers et Sud-Garonne Un bon compromis qualité/prix

visuel dossier
Dans l'Entre-deux-Mers, les maisons séduisent les familles qui s'éloignent de la métropole. Aussi, le prix médian s'élève à 180 000 € et enregistre une hausse de près de 4 %. Avec + 16 %, La Réole enregistre la plus forte progression tout en restant la plus abordable du secteur à 110 000 €. À 227 000 €, Saint-Loubès arrive en tête de classement. Avec près de 5 % de hausse sur un an, le prix des maisons anciennes atteint 192 800 € dans le Sud-Garonne.
Preuve de l'intérêt des acquéreurs pour les maisons de 6 pièces et plus, elles constituent les biens les plus vendus en 2018. À 288 000 €, La Brède fait la course en tête en raison de sa proximité avec la métropole. Et Barsac ferme la marche avec un prix médian de 141 100 € pour les maisons.