Habitat 

Prenez un bol d'air frais

Par Marie-Christine Ménoire |  Le 14/05/2019

Nos habitations nous protègent-elles de la pollution atmosphérique ? Eh bien non, il est prouvé que l'air que l'on respire à l'intérieur est souvent plus pollué qu'à l'extérieur. Avec toutes les incidences que cela peut avoir sur la santé. Comme nous passons près de 80 % de notre temps en vase clos, il est urgent de changer certains de nos comportements pour respirer à plein poumon un air le plus pur possible.

VMC 3 lettres qui vous veulent du bien

La ventilation est essentielle pour assurer un air de qualité dans le logement et préserver le bâtiment et le bien-être de ses occupants. Elle permet de remplacer l'air "vicié" par de l'air "neuf" et "propre". Le principe est simple : l'air doit circuler des pièces principales (chambres, séjour...) vers des pièces plus humides comme la salle de bains ou la cuisine. Cette fonction se faisait auparavant naturellement grâce à des ouvertures prévues dans les fenêtres et en bas des portes. Aujourd'hui, il faut éviter toutes déperditions d'énergie et donc assurer cette ventilation d'une autre manière. D'où l'importance de la VMC (Ventilation mécaniquement contrôlée), qu'elle soit à simple ou double flux. Les besoins en ventilation sont variables selon la taille du logement, le nombre de personnes y résidant et leurs habitudes, les matériaux de construction, le taux d'humidité… Il faut penser à la nettoyer une fois par trimestre au niveau des bouches d'extraction et de soufflage et à faire réaliser l'entretien tous les 3 ans par un spécialiste.
 

10 minutes ça suffit

Aérer seulement 10 minutes, quelles que soient la saison et la température extérieure, peut suffire à renouveler l'air intérieur et à évacuer une partie des polluants qui y sont concentrés. Lors de certaines activités (bricolage, ménage…) pouvant créer une source de pollution supplémentaire, n'hésitez pas à aérer encore plus pendant et après.

La chasse aux moisissures et à l'humidité est ouverte

De la cave au grenier, il convient de faire une inspection complète pour surveiller l'apparition du moindre signe de moisissure. Qui dit moisissure, dit humidité et par ricochet problèmes respiratoires, rhumatismes, allergies… Pour lutter contre ce phénomène, il faut privilégier une bonne aération, surtout en cas de forte vapeur (cuisine, douche…). En effet les moisissures se développent essentiellement dans les pièces humides et mal isolées et au niveau des ponts thermiques. Les premiers signes "suspects" et qui doivent alerter concernent l'odeur de moisi ou de terre, des taches causées par des infiltrations ou un dégât des eaux, la condensation régulière sur les fenêtres, une humidité permanente de la literie voire des vêtements...

Gare aux COV

Les composés organiques volatils (COV) sont des substances chimiques présentes partout chez vous (tapis, peintures, colles, meubles, produits ménagers, panneaux de particules, matière plastique, produits contenant des solvants, bougies, tabac, cuisson des aliments…) et qui se diffusent plus ou moins lentement dans l'air ambiant.

Des matériaux écolos pour éviter les petits ou gros bobos

Lors de la construction, d'une rénovation ou tout simplement d'un changement de décor, il est préconisé d'utiliser des matériaux naturels ou du moins les plus naturels possibles (bois, brique, laine végétale ou animale pour l'isolation…).  Pensez aussi à consulter l'étiquette sanitaire. Depuis 2011, les produits de construction et de décoration en contact avec l'air (revêtement de sol, produits d'isolation, produits destinés à la pose des portes et fenêtres, cloisons, moquette, peintures, colle…) doivent porter une étiquette sur leurs émissions de 10 polluants volatils. Le niveau d'émission du produit est indiqué par une classe allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions). Les consommateurs disposent ainsi d'une information transparente qui peut constituer un critère supplémentaire pour faire leur choix.

Radon et monoxyde de carbone nous menacent…

Radon et monoxyde de carbone sont deux ennemis dangereux et sournois qui peuvent passer totalement inaperçus et qui pourtant peuvent s'avérer très dangereux pour la santé. Le radon, présent plus spécialement dans certaines régions (Limousin, Auvergne, Franche-Comté, Bretagne…) est un gaz radioactif d'origine naturelle provenant du sous-sol pouvant entraîner des affections pulmonaires graves. Le monoxyde de carbone quant à lui est un gaz asphyxiant provenant principalement du mauvais entretien des appareils de chauffage et d'une mauvaise ventilation du logement. Une bonne aération des locaux, un entretien régulier et minutieux, voire des travaux sont donc de sages précautions.

Changez vos (mauvaises) habitudes

Même en croyant bien faire, il peut arriver que l'on fasse des erreurs. Et parfois il n'est pas inutile de revoir certaines de ses habitudes :
  • aérer tous les jours est déjà bien, mais pensez aussi à ne pas gêner le fonctionnement des systèmes d'aération et à les nettoyer régulièrement pour que le flux d'air circule le mieux possible et que les polluants s'évacuent vers l'extérieur.
  • vous voulez que votre maison soit impeccable. C'est normal. Et pour cela vous usez et abusez des produits ménagers en tout genre en croyant bien faire. Certes, un logement propre et sain est important mais il faut être prudent dans le choix des produits utilisés et bien respecter les doses prescrites sur l'emballage.
  • vous aimez les effluves fleuris, les ambiances tamisées… Quelques bougies par-ci, de l'encens par-là… et le tour est joué. Mais bougies parfumées, encens, parfums d'intérieur... sont autant de sources de pollution intérieure. À utiliser avec modération si vous ne pouvez pas vous en passer.
  • ne pas fumer à l'intérieur même fenêtre ouverte (peut-être un bon prétexte pour arrêter de fumer !)
  • et faites-vous plaisir, achetez des plantes vertes ! Eh oui, en plus d'être belles, certaines ont des vertus dépolluantes (ficus, aloé vera, spathiphyllum...).