Vrai Faux 

VRAI/FAUX
Êtes-vous au point pour vous expatrier ?

Par Stéphanie Swiklinski |  Le 20/08/2019

Mutation professionnelle, retraite au soleil ou tout simplement envie de dépaysement, chaque année de nombreux Français s'expatrient. Démélons le vrai du faux de l'expatriation.

1/ Si je travaille à l'étranger, je deviens fiscalement non-résident

FAUX : Au regard de l'article 4-B du Code général des impôts, vous restez domicilié fiscalement en France si votre foyer - votre conjoint ou partenaire pacsé et vos enfants - demeure en France. Y compris si vous êtes amené à séjourner professionnellement dans un autre pays "temporairement ou pendant la plus grande partie de l'année".

2/ En dehors de la communauté européenne, vous devrez obtenir un permis de conduire

VRAI : Dans certains pays, votre permis de conduire français peut suffir temporairement, comme aux États-Unis. En revanche, d'autres pays ne reconnaissent pas les titres nationaux. Il faudra alors obtenir un permis de conduire international. Consultez le récapitulatif des démarches par pays pour en être sûr.

3/ Il peut être judicieux de mettre son logement en location

VRAI : Au lieu de laisser votre maison vide, la louer vous rapportera de l'argent. En revanche, l'entretenir ne sera pas une chose simple si vous résidez à l'étranger. Il est cependant possible d'avoir recours aux services de compagnies spécialisées en gestion locative. On s'occupera de vous de A à Z, depuis la recherche du locataire jusqu'aux problèmes de fuites.

4/ Je suis dispensé de payer mes impôts locaux en tant qu'expatrié

FAUX : Vos impôts locaux (taxe foncière, taxe d'habitation…) sont gérés par le service des impôts du lieu de l'immeuble. Vous continuerez donc à les payer même si votre impôt sur le revenu relève du service des impôts des particuliers non résidents. À noter : si vous n'avez pas de domicile fiscal en France mais que vous y possédez une ou plusieurs habitations, elles sont considérées comme des résidences secondaires. Vous serez donc redevable de la taxe d'habitation pour celles-ci.

5/ Si j'achète une maison à l'étranger, je peux emprunter en France

VRAI : Il est possible d'emprunter auprès de votre banque française habituelle. Le problème c'est la garantie. Une banque française n'accordera pas facilement un prêt avec une hypothèque sur un immeuble à l'étranger. Il vous faudra sûrement proposer une garantie sur un autre bien situé en France.

6/ En vivant à l'étranger, je ne peux pas conserver mes comptes bancaires en France

FAUX : Vous avez au contraire tout intérêt à conserver vos comptes bancaires. Vous pourrez régler vos premières dépenses à l'étranger avec votre carte bancaire internationale. De plus, vous pourrez maintenir certains prélèvements et vous acquitter de vos impôts. Cela sera aussi plus pratique d'encaisser des loyers si vous avez mis votre bien en location.

7/ Si je m'expatrie juste après mon mariage, je serai soumis au régime de la communauté réduite aux acquêts

FAUX : Si vous avez fait un contrat de mariage - sage précaution - vous serez soumis au régime choisi. Mais en l'absence de contrat de mariage, le régime applicable sera celui du lieu d'établissement. Exemple : vous vous mariez en France sans contrat et partez tout de suite vivre en Angleterre, vous serez alors soumis au régime matrimonial anglais de la séparation de bien. Mieux vaut se renseigner avant auprès d'un notaire.