Habitat 

Construire en respectant l'environnement
Pour vivre dans des logements performants

Par Marie-Christine Ménoire |  Le 13/02/2020

C'est une évidence, on ne construit plus aujourd'hui comme il y a 20 ou 30 ans. Les méthodes et les matériaux de construction sont de plus en plus respectueux de l'environnement. De nouvelles normes et de nouvelles habitudes de construction sont apparues pour le plus grand bien de notre planète, de notre santé et de notre budget.

Pourquoi opter pour un logement écologique ?

Opter pour une construction écologique ou éco-responsable, ce n'est pas seulement succomber à un effet de mode. Ce choix est souvent motivé par le souci :
  • de préserver son capital santé. La maison "écolo" utilise des matériaux tels que la paille, les briques de terre crue, les briques cuites de type "monomur" et le bois. Ces matériaux ne provoquent pas d'allergie et régulent l'humidité. C'est donc plus sain. De plus, ils sont d'excellents isolants acoustiques, neutres du point de vue électrique, électrostatique et électromagnétique ;
  • de vivre dans une maison ultra confortable. C'est un logement adapté à votre style de vie. La température des pièces est homogène. La qualité de l'air est meilleure. Pas de problèmes d'humidité et de nuisances sonores  !
  • de faire de sérieuses économies. Sa conception et les matériaux utilisés permettent de réduire au maximum les pertes de chaleur. L'étanchéité à l'air est élevée et les ponts thermiques supprimés. Ce type de construction utilise, en priorité voire exclusivement, les énergies renouvelables ;
  • d'être propriétaire d'une maison à forte valeur ajoutée, plus facile à revendre.

Un terrain bien choisi

Le choix du terrain est la base de tout. Implanter votre future construction ne se fait pas au hasard. Vous devrez être attentif à plusieurs critères :
  • un sol et sous-sol non pollués (renseignez-vous pour savoir si sur le terrain ou à proximité il n'y a pas eu d'usines susceptibles d'avoir laissé des "traces" de pollution…) ;
  • l'exposition du terrain qui conditionnera l'orientation de la construction. Votre maison devra bénéficier d'un ensoleillement maximum, surtout l'hiver pour chauffer les pièces grâce aux rayons du soleil et profiter de la lumière naturelle. La règle d'or est de privilégier une orientation au sud des pièces de vie et des baies vitrées qui permettront de récupérer chaleur et lumière en hiver. De même, un garage placé au nord servira de zone tampon avec le reste de la maison, au même titre qu'une buanderie ou une chaufferie. Pensez aussi à l'exposition aux vents, à l'écoulement des eaux de pluie, à la topographie du terrain…
  • un environnement immédiat qui limitera le recours systématique à la voiture pour vos déplacements quotidiens. L'idéal étant d'être à proximité de votre travail, des écoles, des commerces… ou des transports en commun ou d'une zone de covoiturage. Cela permettra de réduire l'impact de vos déplacements sur l'environnement ;
  • l'absence de nuisances (qu'elles soient visuelles, auditives, olfactives…) et de projet de construction pouvant entraîner des désagréments. Pour cela, il faut contacter la mairie qui vous indiquera s'il y a des projets d'urbanisme en cours (centre commercial, usine, voie rapide…).

Des méthodes de construction adaptées

Maison BBC, maison passive, maison à énergie positive… difficile parfois de s'y retrouver dans toutes ces dénominations. Pourtant, ces différentes "techniques" de construction ont chacune leurs caractéristiques et leur place dans la construction écologique :
  • la maison BBC (Bâtiment Basse Consommation). Le label BBC, obligatoire pour tous les permis de construire depuis janvier 2013,  fixe un seuil à ne pas dépasser en matière de consommation d'énergie (50 kWh d'énergie primaire/m2/an avec des variations selon la zone climatique, l'altitude…) ;
  • la maison bio climatique. Elle utilise les ressources naturelles de son environnement. Par exemple, il faudra orienter la maison et les pièces de vie plein sud pour être chauffé naturellement, planter des arbres à feuilles caduques pour apporter de l'ombre et de la fraîcheur à certaines pièces, utiliser des capteurs solaires ou une pompe à chaleur comme mode de chauffage…
  • la maison passive (dite aussi très basse consommation). Elle utilise la chaleur dégagée par l'intérieur de la maison, les appareils, les équipements et ses habitants. À cela s'ajoute la chaleur dégagée par le soleil qui chauffera la maison, d'où l'importance de son orientation, de l'isolation et la présence de nombreuses surfaces vitrées ;
  • la maison positive (ou bâtiment à énergie positive BEPOS). Basée sur les mêmes principes que la maison à énergie passive, elle produit plus d'énergie qu'elle n'en consomme grâce à des unités de production d'énergie (capteurs solaires, pompe à chaleur…).

L'éco-construction c'est aussi

? un chantier utilisant le moins d'énergie possible et réduisant au maximum les déchets,
? des plans en harmonie avec l'environnement,
? une maison bien isolée et bien ventilée pour qu'elle soit saine et économe en énergie aussi bien en hiver qu'en été.

Le choix de matériaux non polluants

Une construction éco-responsable passe par le choix de matériaux non polluants qui préserveront l'environnement et la santé sans pour autant négliger les performances énergétiques. Et cela à toutes les étapes de la construction :
  • les murs devront être de préférence en parpaing, brique monomur, bois, paille ou même terre cuite. Certains de ces matériaux pourront vous paraître "insolites" et pourtant, ils sont tous aussi solides et résistants aux intempéries les uns que les autres ;
  • l'isolation est une des composantes essentielles de la construction durable. Elle concerne bien évidemment les combles mais aussi les murs. L'isolant choisi doit être efficace et inoffensif pour la santé des occupants du logement. Parmi les matériaux écolos les plus courants, vous pourrez opter par exemple pour :
- la laine de chanvre. Elle permet aux murs de respirer naturellement, supprimant tout pont thermique et isole également au niveau phonique tout en protégeant du feu et des attaques des nuisibles (du rat à l'acarien) ;
- la ouate de cellulose. Classée parmi les meilleurs isolants thermiques, phoniques et écologiques, la ouate de cellulose est à la fois facile à découper et à poser. Elle est flexible, compressible et c'est un excellent régulateur d'humidité. Le point fort de la cellulose est sa capacité de "déphasage thermique" (temps qu'elle met à transmettre une température d'un côté à l'autre de son épaisseur). Ainsi, la fraîcheur de la nuit arrive en milieu de journée et réciproquement. On la trouve sous plusieurs formes : en panneaux ou en vrac, déversée ou soufflée. Elle est utilisée pour l'isolation des toitures, des planchers et des murs ;
- le liège.  Complètement imputrescible, il s'adapte parfaitement aux milieux humides. Il est en outre incompressible, ce qui en fait le matériau le plus adapté pour l'isolation sous dalle, notamment au rez-de-chaussée. Il est inconsommable par les rongeurs et les insectes et ininflammable. Il se présente en granulat ou en panneau.
À cette gamme de produits bio et naturels on peut ajouter : la laine de mouton, les plumes de canard, la laine de roche…
  • pour la couverture, un toit terrasse végétalisé améliorera grandement le confort d'été et dispensera d'un équipement de climatisation. Une façon efficace de joindre l'utile à l'agréable : isolation thermique et phonique, réduction de la pollution grâce à l'absorption des particules fines et des gaz polluants par les plantes, refuge pour les insectes et les oiseaux, plus esthétique que du béton, l'eau de pluie est absorbée par les plantes ce qui évite les ruissellements et la détérioration du bâtiment…
  • côté menuiseries, on choisira le bois ou l'aluminium à la place du PVC qui dégage des gaz nocifs en cas d'incendie ;
  • lors des finitions, on traquera encore et toujours tous les matériaux toxiques dans toute la maison : PVC, colles contenant du formaldéhyde… Et on utilisera des peintures et des lasures biologiques ou portant au minimum la mention NF Environnement. Les peintures bio utilisent des résines d'origine végétale ou minérale (de l'argile, de la chaux, de l'huile végétale, de la caséine, du soja, de l'huile de lin...) à la place des résines pétrochimiques. Ces résines sont mélangées à l'eau et à de la craie ou de la poudre de marbre, par exemple, moins odorante pour ne pas vous gêner pendant des travaux de rénovation. Généralement, ce type de peinture ne comporte ni composants allergènes, ni COV (composé organiques volatils). De plus, qui dit "bio" dit "respect de l'environnement", donc la peinture non toxique limite l'émanation de CO2.

Une construction écologique c'est…

… une construction qui prend en compte 3 critères clés :

  • ? la performance énergétique,
    ? la santé et le bien-être de ses occupants,
    ? le respect de l'environnement.

Un mode de chauffage adapté

Un chauffage écologique repose sur trois critères : la réduction de la consommation d'énergie, l'utilisation d'une énergie renouvelable et la limitation des rejets de gaz à effet de serre. Parmi les énergies répondant le mieux à ces trois notions, vous aurez le choix notamment entre :
  • les pompes à chaleur qui pourront être à chaleur air-eau, à chaleur air-air ou géothermique
  • les poêles, cheminées et inserts à granulés de bois, bûches ou de masse
  • les chaudières bois ou à pellets
  • la biomasse.
Dans cette liste, il ne faut pas oublier le chauffage solaire. Des panneaux solaires produisent de la chaleur qui sera soit stockée soit distribuée dans la maison, le plus souvent via des radiateurs ou un plancher chauffant. Mais il faut savoir que le solaire ne couvre que 25 à 60 % des besoins en chauffage d'une maison. Un système d'appoint devra donc être prévu pour compléter les panneaux solaires.

Et si vous optiez pour la mixité ?

Au lieu d'avoir une seule source d'énergie, pourquoi ne pas profiter des avantages de plusieurs énergies renouvelables et les utiliser à bon escient tout en réduisant au maximum l'impact environnemental. Le plus souvent, on associe à l'énergie fossile, gaz naturel, fioul ou électricité, une énergie renouvelable (bois, solaire ou une pompe à chaleur).

Une étanchéité à l'air et une ventilation bien dosées

Entre le trop et le trop peu de ventilation, pas toujours facile de trouver le bon équilibre. D'un côté il est préconisé de réduire au maximum les entrées d'air. La réglementation thermique impose d'ailleurs une perméabilité à l'air minimale pour les maisons neuves. Il faut traquer l'air qui a tendance à se faufiler partout (maçonneries mal jointoyées, prises de courant et interrupteurs, trappe d'accès au grenier, coffres de volets roulants...).
Au-delà du bâti proprement dit, dans cette "chasse" aux entrées d'air concerne également certains équipements de confort (hotte aspirante dans la cuisine…).
Mais une maison trop étanche à l'air n'est pas l'idéal non plus. Il faut donc prévoir une ventilation suffisante qui est d'ailleurs un élément clé de la construction écologique. Cette ventilation permet d'éliminer les polluants chimiques (composés organiques volatils…) et biologiques (moisissures…), mais aussi de préserver le bâti en éliminant l'humidité. En ce domaine, le mieux en termes de performance est la VMC double flux. Elle limite les déperditions de chaleur tout en se servant des calories provenant de l'air intérieur pour réchauffer l'air entrant. Vous pourrez espérer jusqu'à 15 % d'économies de chauffage.

C'est aussi des petits gestes au quotidien

Au quotidien, vous pouvez aussi adopter quelques gestes simples pour contribuer à protéger l'environnement et aussi votre portefeuille. Par exemple :
  • fermer le robinet pendant le brossage des dents ou le lavage des mains
  • prendre une douche au lieu d'un bain (130 litres en moins de consommés)
  • penser au programme ECO du lave-vaisselle ou du lave-linge
  • équiper vos toilettes d'une chasse d'eau double commande (4 litres au lieu de 10)
  • récupérer l'eau de pluie pour arroser vos plantes
  • éteindre la lumière derrière vous quand vous sortez d'une pièce
  • ne pas laisser vos appareils en veille
  • choisir des appareils à basse consommation
  • privilégier les ampoules LED
  • vérifier votre isolation (attention aux ponts thermiques !) et penser à faire des travaux de rénovation énergétique
  • chauffer à la bonne température (19° 20° pour les pièces à vivre et 17° pour les chambres)
  • investir dans un poêle à bois ou à granulés comme complément de chauffage
  • pratiquer le compost et l'utiliser ensuite comme engrais.

La RE 2020

D'ici le début 2021, la RE 2020 (Réglementation environnementale) prendra le relais de la RT 2012. La consommation de chauffage d'une maison RE 2020 devra être égale à 0 kWhep par m2.