Edito 

Un premier prix mérité

Par Christophe Raffaillac |  Le 19/02/2020

« J'ai toujours su jouer les premiers rôles, au point d'emballer un couple d'acquéreurs la dernière fois que je me suis retrouvé sur le marché. Il faut dire qu'il y a une dizaine d'années, la concurrence n'était pas aussi rude…»

« Depuis, des bâtisses bien charpentées ont poussé dans le quartier, au point de me faire un peu d'ombre…
Et elles peuvent se targuer d'afficher quelques artifices, comme des équipements domotiques, pour lesquels je n'ai pas encore craqué !
Lorsque je me suis à nouveau retrouvé en situation d'être cédé, je me suis dit qu'il fallait mettre tous les atouts de mon côté et trouver un coach de qualité. Fort d'une belle renommée, le notaire auquel  je me suis adressé m'a immédiatement convaincu de passer entre ses mains. Il faut dire qu'outre ses compétences, il n'a pas manqué d'arguments en me décrivant la vente 36h immo.
Parmi tout l'intérêt que j'y ai immédiatement vu :
  • une vente sur appels d'offres, sur le principe des enchères, me donnant les moyens de décrocher le meilleur prix ;
  • des visites groupées pour les acheteurs évitant les allées et venues de curieux ;
  • une expertise immobilière réalisée par le notaire tenant compte de toutes mes qualités pour être mis à prix à ma juste valeur ;
  •  un délai de vente ultra court me permettant d'être négocié en une trentaine de jours seulement ;
  • une transaction encadrée par le notaire m'assurant de trouver un nouveau propriétaire en toute sécurité juridique au niveau de l'avant-contrat et de l'acte de vente !
Vous le constatez par vous-même, il m'était difficile de résister aux atouts de la formule 36h immo. Je ne le regrette pas, j'ai réussi à attirer une vingtaine d'acquéreurs qui ont enchaîné les offres d'achat suite au prix d'appel convenu avec le notaire.
Aujourd'hui, difficile pour moi de ne pas avoir envie de jouer les stars comme à mes débuts… J'ai en effet été négocié 20 % plus cher que ma valeur d'expertise. Un premier prix auquel je ne m'attendais pas malgré mes quelques printemps ! »