Habitat 

L'éco-construction
C'est dans l'air du temps !

Par Marie-Christine Ménoire |  Le 18/05/2020

L'éco-construction n'est plus "anecdotique" dans le paysage de l'immobilier neuf. Le développement durable et la protection de l'environnement président dans le cahier des charges d'une construction. Nouveaux matériaux, mise en oeuvre innovante, contrôle de la consommation d'énergie… font partie intégrante de votre future maison.

De nouveaux procédés

La maison d'aujourd'hui se veut innovante, économique, confortable avec une large place réservée à la nature, à la lumière… Pour répondre à ces objectifs, constructeurs et architectes rivalisent d'innovation et d'ingéniosité :
  • utilisation du bois. Il tend à devenir de plus en plus fréquente non plus par simple souci esthétique mais aussi pour les performances énergétiques de ce matériau. Solide, rapide à monter, résistante au temps et à toutes les conditions atmosphériques même extrêmes (neige, vent, pluie …) ce type de construction a tout pour vous séduire tout en respectant l'environnement et votre budget
  • constructions modulaires. Finie la mauvaise réputation des maisons dites " préfabriquées ". Délai de construction record, faible impact sur l'environnement, coûts abordables, performance et robustesse n'ayant rien à envier aux constructions traditionnelles, sont quelques un des principaux atouts des constructions modulaires. Et ce n'est pas tout : construits en usine, les différents panneaux ou modules sont ensuite tranportés sur le chantier pour être assemblés. Ce qui réduit de façon conséquente le gaspillage, facilite le recyclage des déchets. L'assemblage ne nécessitera que peu d'ouvriers et n'engendrera que peu de va-et-vient de véhicules (avec les bruits et perturbations qui peuvent en découler). L'atteinte à l'environnement est donc grandement limitée. Enfin, ce type de structure qui s'assemble et se démonte facilement est presque entièrement recyclable, tout en étant soumis à de hautes exigences techniques
  • construction "autosuffisante". Cela signifie qu'elle produit autant d'énergie qu'elle en consomme. Ce type de construction utilise des panneaux solaires photovoltaïques ou de l'énergie éolienne. Pour diminuer les pertes d'énergie, elle possède des murs épais, une isolation et performante, une parfaite impérméabilité à l'air, une ventilation contrôlée…
  • fonctionnement domotique. Cette technologie occupe également une large place dans ce nouveau paysage. Plus accessible, moins " technique ", moins coûteuse… la maison intelligente a connu un véritable essor ces dernières années et devient incontournable. Tout est prévu dès la conception des plans pour vous faciliter la vie, engendrer des économies d'énergie et faire baisser vos factures d'énergie : systèmes de contrôle de température de chauffage, de l'éclairage, de fermeture des volets… Les dispositifs de programmations à distance vous permettent de prévoir divers scénarii à déterminer selon vos besoins spécifiques, évitant ainsi les pertes thermiques d'énergie inutiles et les risques d'oubli. Associée une bonne isolation notamment, la domotique vous peut vous permettre de réduire vos dépenses d'énergie de 6 à 10 % en moyenne.

L'important c'est l'emplacement

Dans l'éco-construction, le choix du terrain est la base de tout. Vous devrez être attentif à plusieurs critères :

  • - un sol et sous-sol non pollués
    - l'exposition du terrain qui conditionnera l'orientation de la construction. Pensez aussi à l'exposition aux vents, à l'écoulement des eaux de pluie, à la topographie du terrain…
    - un environnement immédiat qui limitera le recours systématique à la voiture pour vos déplacements quotidiens
    - l'absence de nuisances (qu'elles soient visuelles, auditives, olfactives…) et de projet de construction pouvant entraîner des désagréments (centre commercial, usine, voie rapide…)

Vaste choix de matériaux

Une construction éco-responsable passe par le choix de matériaux non polluants qui préserveront l'environnement et la santé sans pour autant négliger les performances énergétiques. Et cela à toutes les étapes de la construction :
  • les murs devront être de préférence en parpaing, brique monomur, bois, paille ou même terre cuite. Certains de ces matériaux pourront vous paraître "insolites" et pourtant, ils sont tous aussi solides et résistants aux intempéries les uns que les autres ;
  • l'isolation est une des composantes essentielles de la construction durable. Elle concerne bien évidemment les combles mais aussi les murs. L'isolant choisi doit être efficace et inoffensif pour la santé des occupants du logement. Parmi les matériaux écolos les plus courants, vous pourrez opter par exemple pour la laine de chanvre, la ouate de cellulose, le liège, la laine de mouton, les plumes de canard, la laine de roche…
  • pour la couverture, un toit terrasse végétalisé améliorera grandement le confort d'été et dispensera d'un équipement de climatisation. Une façon efficace de joindre l'utile à l'agréable : isolation thermique et phonique, réduction de la pollution grâce à l'absorption des particules fines et des gaz polluants par les plantes, refuge pour les insectes et les oiseaux, plus esthétique que du béton, l'eau de pluie est absorbée par les plantes ce qui évite les ruissellements et la détérioration du bâtiment…
  • côté menuiseries, on choisira le bois ou l'aluminium à la place du PVC qui dégage des gaz nocifs en cas d'incendie ;
  • lors des finitions, on traquera encore et toujours tous les matériaux toxiques dans toute la maison : PVC, colles contenant du formaldéhyde… Et on utilisera des peintures et des lasures biologiques ou portant au minimum la mention NF Environnement. Les peintures bio utilisent des résines d'origine végétale ou minérale (de l'argile, de la chaux, de l'huile végétale, de la caséine, du soja, de l'huile de lin...) à la place des résines pétrochimiques. Ces résines sont mélangées à l'eau et à de la craie ou de la poudre de marbre, par exemple, moins odorante pour ne pas vous gêner pendant des travaux de rénovation. Généralement, ce type de peinture ne comporte ni composants allergènes, ni COV (composé organiques volatils). De plus, qui dit "bio" dit "respect de l'environnement", donc la peinture non toxique limite l'émanation de CO2.

RE 2020 applicable en 2021

Compte tenu de la crise sanitaire, l'entrée en vigueur de la Réglementation Environnementale 2020 (RE 2020) est repoussée à l'été  2021. Pour mémoire, avec la nouvelle réglementation environnementale, le chauffage devra atteindre une consommation inférieure à 12 kWhep/m²/an (kilowatt/heure d'énergie primaire par m² et par an) contre une consommation maximale à 50 kWh/m²/par an avec la RT 2012. La RE 2020 préconise aussi le recours aux énergies renouvelables et prend en compte la qualité de l'air intérieur du logement et l'isolation phonique.

Chauffage écologique et économique

Un chauffage écologique repose sur trois critères : la réduction de la consommation d'énergie, l'utilisation d'une énergie renouvelable et la limitation des rejets de gaz à effet de serre. Parmi les énergies répondant le mieux à ces trois notions, vous aurez le choix notamment entre :
  • les pompes à chaleur qui pourront être à chaleur air-eau, à chaleur air-air ou géothermique
  • les poêles, cheminées et inserts à granulés de bois, bûches ou de masse
  • les chaudières bois ou à pellets
  • la biomasse.
Dans cette liste, il ne faut pas oublier l'énergie solaire. Non polluante, économique, facilement disponible, renouvelable et aisément transformable il s'agit d'une option à ne pas négliger. Grâce à des équipements robustes et fiables, les modules photovoltaïques, vous pourrez produire l'électricité dont vous avez besoin ou la vendre. L'énergie solaire vous permettra aussi de vous chauffer. Les panneaux solaires produisent de la chaleur qui sera soit stockée soit distribuée dans la maison, le plus souvent via des radiateurs ou un plancher chauffant.
Au lieu d'avoir une seule source d'énergie, vous pouvez également envisager de profiter des avantages de plusieurs énergies renouvelables et les utiliser à bon escient tout en réduisant au maximum l'impact environnemental. Le plus souvent, on associera à l'énergie fossile, gaz naturel, fioul ou électricité, une énergie renouvelable (bois, solaire ou une pompe à chaleur).