Habitat 

Chaud devant !
Il est temps de changer de chaudière

Par Stéphanie Swiklinski |  Le 17/11/2020

La durée de vie d'une chaudière se situe en moyenne entre 15 et 20 ans. Il est peut-être temps de changer la vôtre ! Des aides existent pour changer votre chauffage traditionnel et installer un système plus vertueux. Entre gain de confort et économies d'énergie, il n'y a pas d'hésitation à avoir.

Pourquoi changer de chaudière ?

La chaudière reste l'appareil de chauffage numéro 1, même si elle constitue un poste de dépenses important dans le budget d'une famille. Selon l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), le chauffage représente 66 % de la consommation énergétique d'un foyer. Les nouvelles réglementations sur l'environnement ainsi que la raréfaction des sources d'énergie classiques ont poussé les fabricants à concevoir des chaudières plus écologiques. On les appelle les chaudières "nouvelle génération". Ces nouveaux appareils de chauffage rejettent moins de CO2 et ont des rendements plus élevés permettant de réaliser de belles économies. La "cerise sur le gâteau" est leur côté pratique : il existe des systèmes d'automatisation complète du chauffage. En effet, les chaudières dites "classiques", dont certaines datent des années 80, ont un rendement de 75 %. Si on les compare avec une chaudière à condensation nouvelle génération, cette dernière a un rendement pouvant aller jusqu'à 105 %. Pas besoin d'être bon en mathématiques pour comprendre la démonstration ! Les nouvelles chaudières ont par ailleurs des systèmes électroniques qui calculent vos besoins réels en chauffage, selon la température extérieure et vos habitudes de vie. Par ailleurs, les systèmes vertueux de chauffage minimisent les rejets polluants pour l'environnement. Par exemple, une chaudière fioul demande 0,4 kg/kWh alors qu'une chaudière à condensation n'en consomme que 0,1 kg/kWh.

Fin des chaudières fioul en 2022 ?

L'installation de nouvelles chaudières fioul sera interdite en 2022.  Cependant, les services sur les chaudières déjà installées ne seront pas supprimés (dépannages, entretien annuel). De plus, il sera toujours possible de réparer sa chaudière et de remplacer certaines pièces comme le brûleur.
Si une chaudière fioul défectueuse doit être remplacée, il sera donc obligatoire à partir de 2022 de changer pour une installation de chauffage qui utilise une autre énergie.

Nouveau chauffage pour réussir sa transition énergétique

  • Le plus économique ? C'est l'aérothermie.
    L'air est la seule source d'énergie qui peut être utilisée librement et en abondance. C'est tout le secret de l'aérothermie qui exploite l'air intérieur ou extérieur afin d'en extraire la chaleur et de la rediffuser dans le logement. Pour être mise en oeuvre dans le logement, l'aérothermie s'appuie sur la pompe à chaleur (PAC). À l'extérieur de l'habitation, une unité va capter les calories présentes dans l'air qui vont ensuite circuler dans un circuit de fluide frigorigène. Ce fluide va élever la température de ces calories avant de les diffuser à travers un ventilo-convecteur dans une autre unité installée cette fois à l'intérieur du logement. Généralement, une pompe à chaleur air/air ne produit que du chauffage. Il existe cependant des modèles "réversibles" prévus pour générer de la fraîcheur et qui seront alors utilisés comme climatiseurs. Précisons que l'efficacité de cet équipement dépend de la localisation géographique et par conséquent des températures extérieures. Par grand froid, une pompe à chaleur air/air nécessite d'être couplée à un chauffage d'appoint pour obtenir la température idéale.
     
  • Le plus écologique ? C'est le bois.
    Les flammes pour les poêles et chaudières à bois ne sont pas prêtes de s'éteindre ! Très performants au plan énergétique, ces dispositifs utilisent un combustible bon marché et rejettent de faibles émissions de gaz à effet de serre. Pour être installée, la chaudière à bois nécessite un conduit d'évacuation de fumée en bon état afin d'être raccordée au système de chauffage central. Précisons que la chaudière bois peut être prévue pour fonctionner avec trois combustibles différents : les bûches, les granulés ou les plaquettes forestières (bois déchiqueté). Le rendement sera d'autant plus efficace s'il y a une bonne isolation. Optez pour des appareils labellisés "Flamme verte". Ils offrent un rendement d'au moins 80 %, avec des émissions polluantes extrêmement réduites.
     
  • Le plus pragmatique ? C'est la géothermie.
    En puisant l'énergie contenue dans le sol pour chauffer la maison, la géothermie permet de réaliser des économies d'énergie substantielles. Pour cela, des capteurs sont enfouis dans la terre et récupèrent les calories produites par la chaleur naturelle pour la rediffuser par le biais de radiateurs, de ventilo-convecteurs ou d'un plancher chauffant. Il existe deux grands types de pompes à chaleur géothermiques qui diffèrent en fonction de leur mode de fonctionnement, il s'agit :
    • de pompes à chaleur sol/eau : le fluide arrive dans le capteur géothermique pour être transmis à la pompe qui le chauffe puis l'envoie au système de chauffage. Il peut s'agir d'un plancher chauffant, de radiateurs, de ventilo-convecteurs.
    • de pompes à chaleur sol/sol : le fluide frigorigène circule directement des capteurs géothermiques jusqu'aux émetteurs de chaleur. Elles sont utilisées généralement pour alimenter un plancher chauffant.
       
  • Le plus pratique ? C'est le gaz.
    Largement éprouvée, la chaudière à gaz récupère les calories contenues dans les fumées issues de la combustion du gaz pour préchauffer son liquide caloporteur. Si elle s'avère plus chère que les chaudières classiques, elle permet de consommer jusqu'à 25 % d'énergie en moins. Du fait de son rendement énergétique, la chaudière à condensation est amenée à remplacer les modèles à basse température.
     
  • Le plus logique ? C'est le solaire.
    Le soleil constitue une énergie abondante dont il est dommage de se priver ! C'est la raison pour laquelle le chauffe-eau solaire représente le premier poste d'utilisation de l'énergie solaire au sein des logements. Cet équipement peut couvrir plus de 75 % des besoins en eau chaude d'une maison. Pour fonctionner, le chauffe-eau solaire individuel (CESI) utilise des panneaux thermiques et un ballon d'eau. Pour assurer la production d'eau chaude, il faudra s'équiper de panneaux thermiques. Préalablement, il faudra faire réaliser une étude de la toiture afin d'analyser sa pente, son exposition et son orientation par rapport au soleil. Dans l'idéal, le toit doit avoir une inclinaison d'environ 35° et être orienté vers le sud.

Des aides pour installer un système plus vertueux

  • "MaPrimeRénov" est le résultat de la fusion entre le crédit d'impôt pour la transition énergétique et l'aide du programme Habiter Mieux Agilité de l'ANAH (agence nationale pour l'habitat). Le CITE est toutefois maintenu pour les ménages non éligibles à cette prime jusqu'au 31 décembre 2020. À compter du 1er janvier 2021, le bénéfice de MaPrimeRénov' est étendu à tous les ménages, y compris les propriétaires bailleurs, ainsi qu'aux copropriétés, et le CITE disparaît définitivement. À noter que les devis signés à compter du 1er octobre 2020 sont déjà concernés par les nouvelles modalités d'application du dispositif MaPrimeRénov'. Le montant de la prime dépendra de la nature du chantier engagé, de la localisation du logement et du niveau de revenus. Le gouvernement a établi quatre catégories de contribuables, rangées par couleur : bleu pour les foyers les plus modestes, jaune, violet et rose pour les ménages les plus aisés. Un barème spécifique est appliqué pour l'Île-de-France. Il est possible de cumuler MaPrimeRénov' avec d'autres aides à la rénovation énergétique telles que les Certificats d'économie d'énergie (CEE), l'éco-prêt à taux zéro, le chèque énergie ou encore des aides proposées par les collectivités locales.
     
  • Jusqu'au 31 décembre 2020, la prime "coup de pouce chauffage", aide les ménages à remplacer leur chaudière fioul, charbon ou gaz hors condensation par une chaudière biomasse classe 5, une pompe à chaleur air/eau ou eau/eau, une pompe à chaleur hybride, un système solaire combiné, un raccordement à un réseau de chaleur, une chaudière gaz très haute performance. Dépêchez-vous !
     
  • L'éco-PTZ, prolongé jusqu'au 31 décembre 2021, aide les particuliers qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leur résidence principale ou dans celle de leurs locataires. Basé sur le même principe que le PTZ pour l'accession à la propriété, il s'agit d'un prêt sans taux d'intérêt et accessible sans condition de ressources. Vous pouvez en bénéficier pour l'installation ou le remplacement de votre équipement de chauffage utilisant une source d'énergie renouvelable par exemple.

Bon à savoir

Pour bénéficier de l'éco-PTZ, vos travaux doivent impérativement être réalisés par une entreprise bénéficiant d'un signe de qualité Reconnu garant de l'environnement (RGE).