Dossier 

Rénovation énergétique
Craquez pour un camaïeu de vert dans votre maison !

Par Christophe Raffaillac |  Le 30/03/2021

Objet de toutes les attentions, la maison se veut de plus en plus respectueuse de l'environnement et soucieuse de ses occupants. Elle puise toutes les solutions dans un nuancier de vert pour se montrer plus vertueuse au plan écologique et énergétique !

Après la voiture électrique, le prochain virage environnemental ne concerne-t-il pas le logement ? Que ce soit dans la construction neuve avec la prochaine réglementation environnementale - RE 2020 - ou dans l'ancien avec MaPrimeRénov', les solutions pour verdir les logements fleurissent ce printemps.
Il faut dire que la maison individuelle se voit chouchoutée par bien des Français qui apprécient de se concocter un nid douillet depuis qu'ils vivent partiellement confinés. La demande de logements individuels décolle tandis que les prix s'envolent… Pour preuve, les derniers chiffres des Notaires de France avec les projections issues des avant-contrats. Ils prévoient une hausse de 1,5 % du prix des maisons et des appartements pour février 2021, tandis que les ventes en province se sont maintenues à un niveau en 2020 malgré la crise sanitaire.
Cette tendance nous confirme que les ménages voient dans l'achat immobilier la solution pour se loger et capitaliser. Pas étonnant que les travaux de rénovation arrivent au rang des priorités du moment pour améliorer nos chers logements.
Les solutions ne manquent pas depuis le 1er janvier 2021 puisque le nouvel outil baptisé MaPrimeRénov' vient remplacer le crédit d'impôt transition énergétique (CITE). Il s'accompagne de deux changements majeurs pour tous ceux qui envisagent des travaux : il profite à tous les ménages, propriétaires occupants sans conditions de ressources, et il se traduit par le versement d'une prime plutôt que de générer un crédit d'impôt. Avantage : cette aide MaPrimeRénov' est versée à la fin des travaux et il n'est plus nécessaire d'attendre le décalage d'un an qu'entraînait le CITE.
Si l'aide profite à tous, elle se voit attribuée en fonction des revenus et arbore 4 couleurs, allant des ménages les plus modestes aux plus aisés :
  • MaPrimeRénov' Bleu
  • MaPrimeRénov' Jaune
  • MaPrimeRénov' Violet
  • MaPrimeRénov' Rose
S'ajoute un 5e profil, MaPrimeRénov'Copropriété, lorsque les travaux sont réalisés dans les immeubles. Il nous reste à découvrir tous les travaux à envisager pour donner un bon coup de pinceau vert à notre maison.

Premier chantier : murs et toitures vert écolo

La première pierre du chantier de rénovation repose sur l'isolation de la maison. Pour éviter les déperditions de chaleur en hiver et les températures excessives en été, des travaux permettront de rendre le logement plus économique et confortable.
Quels chantiers lancer ? Voilà des améliorations qui vont rendre le logement plus hermétique aux entrées d'air extérieur. Des inspections qui vont nous conduire de la cave au grenier, afin de hiérarchiser les interventions les plus efficientes.
Dans ce palmarès des déperditions thermiques, c'est le toit qui arrive en pôle position puisqu'il est à l'origine de 30 % des pertes de chaleur. En cause, le manque d'isolation du dernier plafond, le défaut d'isolation des combles et des sous-pentes, les fuites d'air entre les tuiles… C'est pourquoi l'isolation de la toiture reste une des opérations de rénovation énergétique les plus souhaitables. La solution consiste à opter pour des isolants qui respectent les critères fixés par MaPrimeRénov'. Ces derniers représentent le niveau R = 7m².K/W pour l'isolation du plancher des combles perdus et R = 6m².K/W dans le cas de l'isolation de rampants et plafonds de combles. Il faut prévoir un budget entre 20 € et 50 €/m² pour une toiture avec combles perdus et jusqu'à 250 €/m² s'ils sont aménagés.
Sur la deuxième marche du podium des déperditions thermiques, nous trouvons les murs qui laissent passer 20 % de la chaleur. La performance d'un isolant dépend de sa conductivité, de son épaisseur et de sa densité. Le polystyrène expansé et les laines minérales sont les matériaux les plus utilisés pour l'isolation des murs en raison de leur très bon rapport prix-performance. Les laines de bois, plus coûteuses, assurent de plus un meilleur confort d'été et une grande durabilité. Précisons que l'isolation par l'intérieur s'avère la plus abordable et ne modifie pas l'aspect extérieur de l'habitation. Le coût varie entre 40 € et 80 €/m².
En troisième position, notons que la fenêtre laisse échapper 15 % de la chaleur. Les coefficients de transmission thermique de la vitre Ug et Uw permettent de mesurer la capacité du vitrage et de la fenêtre à véhiculer la chaleur. Plus leur valeur sera grande et moins l'isolation sera bonne.

Des aides à la clé

Pour les bénéficiaires de Ma Prime Rénov' Bleu, dont le plafond de ressources est de 30 572 € pour 4 personnes, les aides atteignent :
=> 25 €/m2 + 22 €/m2 au titre du CEE (certificat d'économie d'énergie) pour l'isolation des murs et de la toiture ;
=> 100 €/équipement + 79 € au titre du CEE pour le remplacement des fenêtres.

Deuxième chantier : des chauffages vert sapin !

Après avoir bien isolé sa maison, le mode de chauffage prend toute son importance car il va profiter de la meilleure étanchéité du bâti. En termes d'efficacité, la chaudière bois fait la course en tête puisqu'elle affiche jusqu'à 90 % de rendement.
Découvrons tout ce qui la fait carburer.
Quel système préférer ? Tout comme la chaudière à granulés de bois, la chaudière bois-bûches est l'un des systèmes de chauffage les plus économiques grâce à son combustible le moins cher du marché. Les gains engendrés peuvent aller jusqu'à 30 % d'économies sur la facture de chauffage.
Les chaudières à bois-bûches nécessitent  un fonctionnement manuel car l'alimentation est effectuée par l'utilisateur.
La recharge s'effectue à peu près tous les deux jours, voire une fois par jour. Si ce système s'avère trop contraignant, il faut opter pour une chaudière à granulés de bois, dont le rechargement est automatique grâce à un silo de stockage.
Le prix de la chaudière bois varie de 3 000 € à 8 000 € en fonction de la marque, de la puissance...

Des aides à la clé

La chaudière à bûches s'accompagne de la plus belle dotation toutes versions confondues grâce au dispositif Ma Prime Rénov' Bleu.
Cela représente :
=> 8 000 € + 4 364 € au titre du CEE (certificat d'économie d'énergie). Ce qui se traduit par une aide totale de 12 364 € pour une installation complète estimée à 18 000 €.

Troisième chantier : des énergies vertes…

Qu'il s'agisse de la chaleur du sol ou du soleil, voici deux sources d'énergie qui brillent de tous leurs feux pour rendre nos logements plus vertueux. Pas étonnant que les pompes à chaleur géothermiques et les équipements solaires hybrides arrivent progressivement dans nos habitations. De quelles avancées pourront-ils bien nous faire profiter ?
Quels équipements sélectionner ?
La pompe à chaleur géothermique utilise l'énergie gratuite de la terre pour assurer le chauffage et la production d'eau chaude. Des capteurs enfouis dans le sol récupèrent la chaleur tandis que celle-ci est ensuite diffusée dans le logement via le plancher ou les radiateurs. La pompe à chaleur géothermique permet de diviser les factures de chauffage par 3 ou 4. Pour 1 kWh consommé, elle en restitue 3 à 4. Ces économies permettent donc d'amortir en seulement quelques années le prix de la pompe à chaleur qui varie tout de même de 20 000 à 40 000 €.
Autre formule, le système solaire hybride ou combiné qui permet de produire l'eau chaude sanitaire et, de surcroît, chauffer la maison. La seule contrainte pour l'installer consiste à disposer d'un circuit de chauffage central. Les performances dépendent de l'ensoleillement, il faut donc tenir compte de la localisation de son habitation pour en profiter pleinement.

Des aides à la clé

La pompe à chaleur géothermique représente un investissement important mais elle s'accompagne d'une aide conséquente avec
Ma Prime Rénov' Bleu :
=> 10 000 € + 4 364 € au titre du CEE (certificat d'économie d'énergie).
Du côté des équipements solaires hybrides, l'aide se chiffre à :
=> 2 500 € + 251 € au titre du CEE.

Quatrième chantier : une ventilation vert'ueuse

Une bonne ventilation améliore significativement le confort thermique ainsi que la qualité de l'air. La ventilation double flux s'inscrit donc comme la solution. Pourquoi opter pour le double-flux ? La VMC simple flux ne fait qu'extraire l'air vicié du logement tandis que la double flux permet d'y introduire de l'air neuf préchauffé par les calories de l'air sortant.

Des aides à la clé

La VMC double-flux autorise une prime attractive => 4 000 € + 441 € au titre du CEE.

visuel dossier

nouveau : le DPE verdit !

Le DPE (diagnostic de performance énergétique) va évoluer à partir du 1er juillet 2021 pour mettre en avant les forces et faiblesses écologiques des logements. Il revêtira les 3 caractéristiques suivantes :
  • Déchiffrable : le classement de A à G englobe la consommation en énergie primaire du logement et les émissions de gaz à effet de serre en kg CO2/m², avec une estimation du coût de chauffage, l'eau chaude sanitaire et l'éclairage.
  • Fiable : la nouvelle méthode qui prend en compte l'isolation, le chauffage,
  • les fenêtres… pour éviter qu'un bien sans travaux soit classé comme une maison neuve.
  • Opposable : si l'acquéreur estime qu'il a subi un préjudice, il pourrait engager la responsabilité du vendeur qui se retournera vers le diagnostiqueur.