Habitat 

Des économies qui tombent du ciel

Par Christophe Raffaillac |  Le 06/05/2021

Parfois capricieuse lorsqu'elle abonde, l'eau de pluie apparaît précieuse quand elle tombe. À condition de bien la canaliser, elle permet à la maison d'être plus écologique et économique. Découvrons tous les secrets de cette source naturelle à domicile.

Une source d'eau dans sa propriété, qui n'en a jamais rêvé afin d'arroser à volonté et de limiter son budget ? Sauf que tous les terrains ne profitent pas de cette richesse naturelle.
À moins de s'équiper d'un système de récupération d'eau qui permet de valoriser l'eau de pluie pour la destiner à certaines utilisations, comme l'usage des WC, le lavage des voitures, le remplissage des piscines

Et le récupérateur d'eau

Pour le lavage de la voiture ou l'arrosage du jardin, une cuve placée à l'extérieur peut suffire. Reliée à une gouttière de la toiture, sa contenance va de 100 à 500 litres.

Organisez votre station de pompage…

Devenir indépendant dans sa consommation d'eau, voilà une idée qui ruisselle au point de gagner de plus en plus d'usagers. Surtout lorsque l'on sait que pour un foyer de 4 personnes, l'eau récupérée représente plus de 40 % d'économie de la consommation d'eau de ville, ce qui se traduit par un budget annuel d'environ 300 €.
La solution consiste donc à enterrer une cuve pour recevoir l'eau de pluie. Alimentée par les descentes de gouttières de la maison, elle dispose d'une petite grille (crapaudine) pour effectuer un premier filtrage en retenant les débris du toit (feuilles, mousses...). En amont de la cuve, l'eau passe dans un filtre-décanteur qui sépare les impuretés en suspension. Celles-ci sont ensuite évacuées vers le réseau d'assainissement pluvial via un trop-plein avec siphon.
On estime qu'une cuve de 4 500 litres suffit pour les besoins d'un foyer de 4 personnes qui consomment 75 litres d'eau par individu et par jour.

Devenez votre propre distributeur d'eau

Une fois collectée, l'eau va être redistribuée dans la maison et réservée à certaines utilisations. L'alimentation se fait grâce à un groupe de pompage à surpression qui achemine l'eau de pluie vers les différents points de puisage. Une fois la cuve vide, le système bascule automatiquement sur le réseau d'eau de ville.
Ce dispositif permet de répondre aux besoins pour l'arrosage du jardin, le lavage des voitures ou bien encore pour le fonctionnement des toilettes et l'alimentation de la machine à laver. Dans ce dernier cas, une filtration spécifique à charbon actif ou traitement UV doit être ajoutée au groupe.
Autre précaution, un dispositif antiretour (disconnecteur) rend impossible tout mélange accidentel avec le réseau d'eau potable.

Consommez avec modération !

L'eau de pluie ne peut en aucun cas être destinée à la consommation. Par conséquent, elle doit circuler dans des conduites séparées et isolées du circuit d'eau potable. Aussi, tous les points d'utilisation doivent être identifiés par la mention « eau non potable ».
Avant de s'équiper d'un récupérateur d'eau, il faut en informer la mairie par une déclaration préalable. De même, l'utilisation du réseau public d'assainissement doit être signalée, ce qui entraîne le paiement d'une redevance.
En revanche, pas de taxe à acquitter si le récupérateur est connecté à un dispositif d'assainissement individuel.

Question de budget

Fourni et posé, un kit complet dédié à l'habitat et au jardin, avec une cuve de 5 000 litres, la pompe, les accessoires et le réseau de distribution, coûte entre 5 000 et 8 000 €.

Pensez à faire vérifier votre installation

Ce dispositif de récupération d'eau s'accompagne d'un entretien régulier comme le prévoit l'arrêté ministériel du 21 août 2008. Tous les ans, les filtres doivent être nettoyés, la cuve vidée et désinfectée et le carnet sanitaire de l'installation (maintenance) actualisé. Il faut également vérifier - ou faire vérifier - les vannes et les robinets de soutirage.
Des agents du service des eaux peuvent effectuer des contrôles concernant la signalisation à proximité de tout robinet de soutirage d'eau de pluie.

Profitez d'une TVA à taux réduit

La fourniture et l'installation d'un système de récupération d'eaux pluviales dans une résidence principale (achevée depuis plus de deux ans) permet de bénéficier d'un taux de TVA à 10 %. En effet, il est préférable de confier ce chantier à des installateurs spécialisés. Par ailleurs, certaines communes subventionnent l'installation de cuve de récupération et de rétention des eaux de pluies pour la protection des eaux souterraines.

Eaux usées à déclarer

Les eaux récupérées et utilisées à l'intérieur du bâtiment, renvoyées vers les égouts, sont soumises à la taxe d'assainissement. Le propriétaire est dans l'obligation de faire une déclaration en mairie, telle que prévue à l'article R 2224-19-4 du Code général des collectivités territoriales.