Patrimoine 

Investir dans un parking : un pari gagnant ?

Par Stéphanie Swiklinski |  Le 21/04/2022

Histoire de diversifier son patrimoine, vous pourriez être tenté d'investir dans un box ou un emplacement de parking. Mais est-ce vraiment rentable ?

Une solution au casse-tête : où se garer en ville ?

Vous l'aurez bien compris : la voiture n'est plus la bienvenue dans les centres-villes. Il y a certes des parkings publics en périphérie, mais quand on est citadin et que l'on possède un véhicule, qu'en fait-on ? Il est donc possible d'investir dans un parking pour son usage, mais aussi pour se faire un revenu complémentaire en le louant. Orientez vos recherches dans les quartiers où les usagers ont du mal à se garer : les coeurs de villes, les rues où la densité est importante... Dans ce contexte, acheter et louer des places de parking peut s'avérer une bonne affaire. Prix attractif, rentabilité intéressante, location aisée... C'est le placement idéal et sans souci (normalement) pour les investisseurs débutants. Suivez de près les projets d'urbanisme et d'aménagement des communes pour avoir "un coup d'avance" côté investissements.

Deux options d'emplacement : parking ou box ?

 Sur le marché du parking, vous trouverez essentiellement des emplacements dans les parkings souterrains des résidences. La mise de départ ne doit pas forcément être très importante quand on investit dans une place de parking. Le box, quant à lui, s'achète plus cher (20 à 30 % de plus) mais il se loue et se revend plus facilement. Il offre également plus de sécurité et votre locataire pourra en avoir un usage mixte (stationnement d'un véhicule et entrepôt d'objets). L'avantage principal dans la location de parkings ou de garages est la grande souplesse dans la rédaction du bail. Contrairement à la location d'un appartement, il ne s'agit pas d'un bail d'habitation. Ici, on est régit par les articles 1713 et suivants du Code civil. La rédaction du bail peut être aménagée à votre convenance :
  • durée plus courte du bail (un trimestre par exemple renouvelable par tacite reconduction),
  • délai de préavis écourté,
  • loyer mensuel ou par trimestre incluant les charges (sans régularisation),
  • dépôt de garantie d'un mois de loyer,
  • prévoir une caution si l'entrée dans le parking se fait à l'aide d'un "bip",
  • clause de résiliation du bail pour non paiement du loyer.

Une location avec une belle rentabilité

Investir dans un parking se révèle rentable et peu risqué. En effet, la mise de départ est modeste et les charges inhérentes à la location sont réduites. Ainsi, la rentabilité locative brute s'élève en moyenne à 6 %, mais elle peut aller jusqu'à 10 % dans les villes de taille moyenne. Afin de calculer au plus juste la rentabilité de votre investissement, si vous êtes dans une copropriété, il faudra tenir compte des charges prévisionnelles. Concernant le prix d'achat, ajoutez 15 à 25 % de plus, s'il s'agit d'un box ou d'un garage.

Accessibilité et emplacement

Une place de parking au 1er sous-sol, nécessitant peu de manoeuvres, proche de l'ascenseur et dans un espace bien éclairé sera un emplacement très convoité.

Un droit au branchement avec les bornes de recharge

La loi d'orientation des mobilités de 2019 prévoit l'obligation de pré-équiper la totalité des places pour l'installation de bornes de recharge pour vos véhicules électriques et hybrides, dès lors que le parking comporte plus de 10 places de stationnement pour :
  • les copropriétés d'immeubles neufs dont le permis de construire a été déposé à partir du 11 mars 2021 ;
  • les copropriétés existantes faisant l'objet d'une rénovation importante de leurs stationnements ou installation électrique.
Cette loi impose par ailleurs aux syndics, avant le 1er janvier 2023, l'inscription à l'ordre du jour d'une assemblée générale, de la question de l'installation de bornes de recharges dans les copropriétés qui n'en seraient pas encore pourvues. Vous pouvez aussi, en tant que particulier, demander l'installation à vos frais d'une borne de recharge sur votre emplacement. Elle sera raccordée au compteur des parties communes de la copropriété. Votre demande devra être faite auprès du syndic.