Immo vert 

Mieux chauffer votre copropriété :
Le match gaz / GRANULÉS

Par Christophe Raffaillac |  Le 21/09/2022

Avec la hausse du prix de l'énergie, même les copropriétés se trouvent exposées aux éventuelles pénuries… D'où l'intérêt de réfléchir à des chauffages collectifs comme la chaudière à granulés de bois qui allie sobriété et efficacité.

Cette année, le gaz connaît une petite baisse de pression en raison des restrictions dans les approvisionnements. Les granulés bois en profitent pour prendre des positions sur le terrain des logements collectifs pour chauffer les appartements et maisons en copropriété. Quel combustible va sortir victorieux de ce match très disputé au plan énergétique ? Verdict dans cet article !

Les propos de notre président se veulent rassurants quant au stock de gaz dont nous disposons pour passer l'hiver et assurer nos besoins en chauffage. Un réel enjeu lorsque l'on sait que près d'un logement sur quatre en France est chauffé au gaz. Cependant, la crise de l'énergie et les mesures en faveur de l'écologie nous obligent à diversifier nos approvisionnements. En effet, la RE 2020 (nouvelle réglementation environnementale) prévoit que les logements neufs devront être équipés de chaudières hybrides, associant une pompe à chaleur (PAC) électrique à une chaudière à granulés par exemple. Dans ces conditions, l'hégémonie du gaz paraît bien malmenée… Des outsiders comme les granulés bois semblent bien décidés à lui tailler des croupières… Livrons-nous à un match entre ces deux modes de chauffage pour bien réussir notre transition énergétique.

Match approvisionnement

Fort de son réseau tentaculaire, le gaz dessert de nombreux secteurs et arrive au pied des immeubles. Sauf qu'il ne profite qu'aux villes de grande et moyenne taille. En effet, les secteurs plus ruraux ne peuvent être alimentés.
De son côté, le granulé bois offre une grande souplesse car il peut être acheminé dans les endroits les plus reculés. Un bémol cependant au niveau de son stockage qui nécessite de grands silos pour assurer l'autonomie nécessaire en chauffage. Avantage de la filière bois, elle peut s'appuyer sur un approvisionnement local qui permet de s'ajuster en temps réel au niveau de la demande. Par ailleurs, l'installation d'un chauffage au bois dans de grandes copropriétés peut être optimisé en posant plusieurs chaudières. L'installation assure ainsi un confort thermique constant.
=> VICTOIRE GAZ

Match fonctionnement

Voilà une confrontation très attendue car certains peuvent penser que les chaudières à granulés manquent de souffle pour assurer les besoins nécessaires en chauffage. Pas d'inquiétude car leur fonctionnement repose sur la combustion des granulés, aussi appelés " pellets ". Ce processus fait monter l'eau du circuit de chauffage central en température. Reliée aux radiateurs, la chaudière procure de la chaleur dans toutes les pièces du logement.
De son côté, la chaudière gaz à condensation repose sur un principe de combustion au contact du gaz et de l'air. Un supplément de chaleur est dégagé grâce à la condensation de la vapeur d'eau présente dans les fumées. Cela représente environ 10 % de chaleur en plus ! Les condensats sont évacués avec les eaux usées.
=> VICTOIRE GRANULÉS

DES GRANULÉS DE BOIS ACCESSIBLES !

En légère augmentation depuis 2007, le prix du granulé ne subit pas les variations du cours du fioul, ou les hausses du prix de l'électricité. Malgré le très fort développement du marché de la chaudière et du poêle à granulés, le prix du combustible reste très stable. Aujourd'hui, le prix des pellets en France est en moyenne de 594 € pour une palette de 66 sacs de 15 kg, soit un prix de 0,60 € au kg.

Match environnement

Fabriqués à partir des sciures de bois, les granulés constituent une ressource naturelle renouvelable avec un faible impact environnemental. Par exemple, si un modèle de poêle dispose du label " Flamme Verte " - avec 5 étoiles - il garantit un faible niveau d'émission de gaz à effet de serre. Avec 1,7 million de tonnes de ce combustible produit en 2021, la filière française assure 90 % de la demande nationale.
De son côté, le gaz naturel demeure l'énergie fossile la moins polluante sur la planète. C'est le méthane principalement qui jaillit des gisements de gaz naturel. Sa combustion n'émet pas de poussières, peu de dioxyde de soufre (SO2), peu d'oxyde d'azote (NO2) et moins de dioxyde de carbone (CO2) que d'autres énergies fossiles. Cependant, la combustion du gaz fossile libère du dioxyde de carbone (CO2) nocif pour le climat et responsable du dérèglement climatique.
=> VICTOIRE GRANULÉS

Match rendement

Pour juger de la performance d'une chaudière à granulés de bois, il faut s'intéresser à son rendement. Il correspond au rapport suivant :
= quantité d'énergie sortant sous forme de chaleur/Quantité d'énergie injectée sous forme de combustible.
Quant à la puissance, elle détermine la capacité à produire de la chaleur et s'évalue ainsi :
=  quantité d'énergie produite par la chaudière/Unité de temps.
Ainsi, une chaudière de 5 kW peut suffire pour chauffer une petite maison bien isolée.
Avec un rendement énergétique pouvant atteindre les 90 %, la chaudière à granulés figure parmi les dispositifs de chauffage les plus performants.
À ce jour, les chaudières à condensation atteignent un rendement comparable à celui des chauffages à granulés. Cette performance repose sur leur mécanisme de fonctionnement très particulier. Elles récupèrent la vapeur d'eau issue de la combustion (habituellement rejetée) et l'utilisent pour chauffer l'eau de la chaudière. C'est ainsi qu'on obtient un meilleur rendement.
Ce procédé permet d'économiser 30 % d'énergie par rapport à une chaudière classique. Mais le gaz souffre de ses émissions qui obligent à limiter son utilisation !
=> VICTOIRE GRANULÉS

VICTOIRE 3 À 1 POUR LES GRANULÉS

" MA PRIME RÉNOV " : Ça carbure pour les granulés

Grâce à " MaPrimeRénov ", les copropriétés bénéficient d'aides significatives pour engager des travaux de rénovation énergétique. Pour un ensemble de 19 logements, les copropriétaires peuvent percevoir une enveloppe de 134 850 € qui se répartit ainsi :
? 62 500 € avec MaPrimeRénov' Copropriété dans le cadre d'une rénovation globale ;
? 72 500 € de coup de pouce grâce aux Certificats d'économies d'énergie (CEE). Soit en moyenne une aide de 7 097 € par logement.