Actualités 

Flash info

Par Marie-Christine Ménoire |  Le 15/09/2020

Passoires thermiques Découvrons le portrait-robot

Les logements énergivores font l'objet de toutes les attentions. Avec le plan " France Relance ", le gouvernement veut aider leurs propriétaires à engager des travaux de rénovation. Quelles sont les caractéristiques de ces biens peu respectueux de l'environnement ?
  • Classe F ou G : cette mention découle du DPE (diagnostic de performance énergétique) réalisé en cas de mise en vente ou location du bien.
  • Maison d'habitation : près de 19 % du parc de maisons individuelles se voit affecté par la classe énergie F ou G.
  • De moins de 30 m2 : près de 35 % de ces logements offrent une très faible surface habitable.
  • Construites avant 1948 : 33 % de ces passoires thermiques accusent plus de 70 ans d'âge.
  • Situées en secteur rural : les départements du Cantal (pour 47 %), de la Creuse (44 %) et de la Nièvre (41 %) totalisent la plus grosse part de biens énergivores dans leur parc immobilier.
  • Louées par des bailleurs privés : 28 % des passoires thermiques sont occupées par des ménages locataires de leur logement.
Source : lefigaro immobilier - Ministère de la transition écologique

Propriétaires bailleurs 3,2,1, prêts à rénover

Comme les locataires ne bénéficient pour l'heure d'aucune aide pour améliorer la performance énergétique du logement qu'ils occupent, le gouvernement a décidé d'inciter financièrement leurs bailleurs. À partir du 1er janvier prochain, ils pourront eux aussi bénéficier du dispositif  Ma PrimeRénov. Cette ouverture exceptionnelle aux aides sera effective pour les seules années 2021 et 2022.

Nouveau en 2022 Audit énergétique obligatoire

Les propriétaires de logements classés F et G devront réaliser un audit énergétique s'ils projettent de vendre ou louer leur bien à compter du 1er janvier 2022. Les bailleurs seront également dans l'obligation d'informer les locataires sur les dépenses énergétiques du logement qu'ils occupent.
Loi n° 2019-1147 du 8 novembre 2019 relative à l'énergie et au climat, JO du 9 novembre 2019

C'est pour bientôt Des loyers conditionnés aux performances énergétiques

À partir du 1er janvier 2021, la révision des loyers en zone tendue sera liée à l'atteinte d?un minimum de performance énergétique, 330 kWh/m/an, soit étiquette E du DPE. Cette disposition ne s'applique qu'au parc privé à l'exclusion des logements sociaux.
Les travaux envisagés devront donc améliorer la performance énergétique du bâtiment au-delà de ce seuil pour envisager une augmentation de cette location.
Décret n° 2002-120 du 30 janvier 2002 - article 19

Innovation Des climatiseurs plus respectueux de l'environnement

Face à la pression de la réglementation environnementale, les fabricants de climatiseurs consacrent beaucoup d'énergie pour fabriquer des appareils moins gourmands ! Les modèles dits " split " - avec le moteur à l'extérieur du logement - sont beaucoup moins énergivores que les modèles mobiles monoblocs. Son coût revient à 45 euros pour l'ensemble de l'été au lieu de 30 euros pour 12 h d'utilisation avec un monobloc. Par ailleurs, un règlement européen (842/2006) relatif aux gaz à effet de serre fluorés (gaz réfrigérants) impose aux constructeurs de réduire l'impact de leurs produits sur ce critère. Le gaz R410A, qui a une très forte incidence sur le climat, est progressivement remplacé par le R290, dont l'empreinte est moindre, et aussi par le R32.
Source : www.atlantico.fr

55 %

Pourcentage de Français pour lesquels un jardin est désormais un critère déterminant pour l'achat d'un bien immobilier.
Source : sondage OpinionWay réalisé pour STIHL France

4,8 millions

C'est le nombre de passoires thermiques selon une enquête des services des statistiques du ministère de la Transition écologique. Cela représente 17 % du nombre total des résidences principales.
Source : www.immobilier.lefigaro.fr

MaPrimeRénov' Accessible à tous en 2021

Destiné à succéder au Crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) le 1er janvier 2021, le dispositif MaprimeRénov devient plus attractif et incite davantage de propriétaires à renover leur logement. Avec les changements qui vont intervenir à compter du
1er janvier, le dispositif s'ouvrira aux propriétaires bailleurs, ainsi qu'aux travaux réalisés en copropriété. À cette même date, tous les ménages pourront bénéficier de cette aide. Il n'y aura plus de plafonds de ressources à respecter.
Rappelons que pour le moment, il profite seulement aux ménages modestes et très modestes qui réalisent des travaux réduisant la consommation énergétique (isolation, ventilation, chauffage) dans leur résidence principale. La construction de celle-ci doit être achevée depuis 2 ans minimum.
Cette prime versée par l'Agence nationale de l'habitat (Anah) à la fin des travaux (réalisés par un artisan labellisé RGE), est forfaitaire. Son montant varie selon la nature des travaux et les ressources du ménage qui fait réaliser les travaux.
Pour financer cette extension du dispositif, ce sont pas moins de 2 milliards d'euros supplémentaires qui devraient lui être alloués en 2021 et 2022.
Pour plus d'informations sur MaPrimeRénov', vous pouvez consulter le site maprimerenov.gouv.fr

Chèques énergie 2019 Vous pouvez les utiliser jusqu'au 23 septembre

Peut-être faites-vous partie des personnes qui ont reçu un chèque énergie en 2019. Mais crise sanitaire oblige, vous n'avez pas pu les utiliser avant leur date de péremption (fin avril 2020). N'ayez aucune inquiétude ! Conscients du contexte particulier actuel, les pouvoirs publics ont prolongé leur validité jusqu'au 23 septembre 2020. D'un montant variant entre 48 et 277 euros et attribués en fonction des revenus, vous pouvez donc encore les utiliser pour régler vos factures d'énergie ou vous aider à payer une dépense liée à la rénovation énergétique de votre logement (si elle correspond aux critères pour bénéficier du crédit d'impôt pour la transition énergétique).
Source : Rép. Min n°28956 au JOAN du 11/08/2020 - Délai de paiement avec chèques énergie 2019