Patrimoine 

Ouvrir un gîte
Les clés de votre projet

Par Marie-Christine Ménoire |  Le 13/11/2019

Vous ne supportez plus le bruit, la pollution et le stress des grandes villes. Vous vous sentez prêt à tout quitter pour rompre avec l'effervescence citadine. C'est décidé : direction la campagne pour ouvrir un gîte.

Gîtes ou chambres d'hôtes

Ouvrir un gîte consiste à mettre à la disposition d'un locataire de passage une maison ou un appartement, meublés et équipés (avec au minimum un coin cuisine, des sanitaires...). Le bien mis en location sera totalement indépendant de votre domicile personnel. Le concept de chambre d'hôtes est différent dans la mesure où il s'agit d'une chambre aménagée dans votre domicile avec une salle de bain privative. La location inclut le petit déjeuner voire des repas faits maison. Le nombre de chambres louées sera limité à 5 avec une capacité d'accueil de 15 personnes maximum.

Mettez tous les atouts de votre côté

Outre de bonnes qualités relationnelles et un minimum d'organisation, vous devrez vous attacher à d'autres points avant de vous lancer :
  • définissez votre projet et menez une étude de marché pour connaître le prix du bien que vous envisagez d'acheter et pour savoir s'il existe d'autres structures équivalentes à proximité ;
  • établissez votre budget (assurances, taxes, frais de nettoyage et entretien...) ;
  • soyez attentif à l'implantation du gîte et à la qualité de l'hébergement.

Important

Depuis  le 1er janvier 2016, les gîtes doivent être classés "meublés de tourisme", en étoiles, pour que le loueur bénéficie de l'abattement à 71 % dans le cadre du régime fiscal micro-BIC (plafond à 170 000 euros/revenus 2017).

Les formalités à accomplir

Pour implanter un gîte, il vous faudra au préalable effectuer une déclaration sur un formulaire CERFA auprès du maire de la commune où est situé le meublé. Pensez aussi à informer votre assureur de la mise en location saisonnière d'un logement touristique ainsi que des activités complémentaires que vous pourrez proposer dans le cadre de l'exploitation.

Le gîte doit être situé dans une zone rurale à vocation touristique, à l'intérieur ou à l'extérieur d'un bourg. Exceptionnellement, il pourra se situer en zone urbaine à condition d'être implanté à proximité de quartiers touristiques ou historiques.
L'exploitant d'un gîte n'est en principe soumis à aucun statut professionnel. Si vous exercez la seule activité de location, en fonction du chiffre d'affaires réalisé et de vos autres revenus, le régime fiscal des loueurs en meublé peut trouver à s'appliquer. Il est aussi possible que cette activité devienne commerciale (par exemple si elle s'accompagne de prestations telles que le nettoyage du gîte, la fourniture du linge de maison...) et/ou de prestations de service de loisirs (location de VTT...). Dans ce cas, une inscription au Centre de formalités des entreprises (CFE) est obligatoire si l'activité est exercée à titre de profession habituelle. Il faudra alors opter pour un statut juridique (auto-entrepreneur, SARL...). Si cette activité est occasionnelle ou exceptionnelle, elle ne confère pas la qualité de commerçant et ne nécessite pas l'inscription au CFE.