Habitat 

Les menuiseries habillent votre habitat

Par Liorah Benamou |  Le 23/08/2019

Outre leur rôle dans la performance énergétique de la construction, les menuiseries jouent désormais la carte de l'esthétique. Couleurs, matériaux et formes se déclinent à l'infini pour habiller les façades. Une pluralité qui contribue au confort intérieur.
 

L'un des éléments clés de la rénovation énergétique demeure les menuiseries. Les progrès enregistrés ces dernières années ont permis leur constante amélioration. Elles se dévoilent sous différents matériaux, dans des teintes élargies, allant du blanc au rouge, en passant par les imitations bois. C'est l'opportunité d'allier la qualité à une architecture revue ou confirmée.

Le PVC en valeur sûre et économique

Premier matériau à avoir fait son apparition sur le marché de la rénovation, le PVC conserve aujourd'hui la préférence des particuliers. Cette position de n°1 s'explique d'abord par son prix, moins élevé que les autres solutions commercialisées. Il dispose aussi d'une bonne longévité, tout en évitant les déperditions de chaleur. Ces menuiseries sont disponibles dans plusieurs qualités, que ce soit au niveau des renforts en acier les composant, ou du châssis. Plus épais, celui-ci garantit d'une meilleure isolation, mais souvent aux dépens de la transparence du vitrage.
En parallèle, le PVC joue la carte de la diversité. Teinté dans la masse, il se décline sous de nombreuses apparences, suivant la gamme proposée par chaque fabricant. La finition laquée s'est également développée ces dernières années, venant recouvrir les soudures. Son coût peut en revanche être plus élevé.

Des aides pour la rénovation

En plus du crédit d'impôt de 15 % (dans la limite d'un plafond de 100 € par fenêtre) pour le changement des menuiseries, vous pouvez bénéficier du chèque énergie ou des aides proposées par les fournisseurs d'énergie, accordés en fonction des ressources du foyer. L'Anah (Agence nationale de l'habitat), certains départements, régions ou même communautés de communes, délivrent également des subventions, là encore attribuées sous condition de ressources. Ces aides sont versées exclusivement si les travaux sont effectués par un professionnel certifié RGE (reconnu garant de l'environnement).

L'aluminium en menuiserie de qualité

Longtemps réservé aux menuiseries coulissantes, l'aluminium habille désormais tous les vitrages. Matériau dans l'air du temps, il a connu d'importantes évolutions ces dernières années, se dotant notamment de rupteurs de ponts thermiques pour éviter la conduction du chaud et du froid. Le premier effet est de supprimer le phénomène de condensation, à l'origine de son désamour lors des décennies passées. Aujourd'hui, les menuiseries alu sont reconnues pour leur résistance dans le temps. Leur rigidité a un autre atout, assurant la réalisation de baies de grande dimension. Enfin, tous les types de profilés sont admis, jusqu'aux plus fins, pour offrir une plus grande clarté, sans toucher aux performances énergétiques. L'aluminium représente donc le matériau parfait, sans aucun entretien et entièrement recyclable. Il permet également la création de toutes les formes. Un plus lorsque la rénovation concerne des bâtis anciens ou aux ouvertures non conventionnelles. Reste son coût, pouvant varier du simple au double par rapport aux fenêtres proposées en PVC.
 
 

Le bois, un matériau à nouveau dans l'air du temps

Bien connu pour avoir longtemps occupé une place de quasi-monopole, le bois est peu à peu tombé en désuétude. Il est revenu sur le devant de la scène, en même temps que le développement des constructions en bois. Désormais, il se retrouve sur tous les bâtis, sans exception. Sa durabilité est assurée en partie par la structure même de l'habitat, plus performante, évitant ainsi l'humidité, son ennemi juré.
Les essences se sont également multipliées, présentant des niveaux d'isolation et de résistance variables. Le bon choix dépend tout à la fois du budget à y consacrer, et de l'orientation des ouvertures à changer dans l'habitat pour tenir compte de leur exposition aux intempéries. Les menuiseries les moins chères demeurent les résineux. Toutefois, ceux-ci nécessitent un entretien régulier. Le chêne, longtemps dépassé par les bois exotiques, connaît un regain d'intérêt, favorisé par la recherche de circuits de production courts pour répondre aux critères environnementaux. Il présente de très hautes qualités, que ce soit dans sa résistance à l'humidité ou aux variations de température.
 
 

À choisir

Lors du changement de vos menuiseries, définissez leur système d'ouverture. À vantaux ou coulissantes, votre choix doit d'abord être guidé par la place dont vous disposez pour ouvrir votre fenêtre et par la largeur de celle-ci. En effet, si le coulissant se révèle parfois plus pratique, il ne permet qu'une ouverture par moitié.

Une pose dictée par l'état du bâti

Devenu une action courante sur le bâti, le changement de menuiseries apparaît comme une opération simple. Le choix de son mode de réalisation dépend d'abord de la qualité de la structure en place. Le plus souvent, le nouveau châssis vient reposer sur le dormant ancien, généralement en bois. Or, celui-ci doit offrir une bonne résistance pour permettre cette opération. À défaut, la mise à nue de l'ouverture devient nécessaire avec la dépose de l'ensemble de la structure. Cette rénovation complète est plus contraignante. En revanche, elle permet de conserver une ouverture maximale et donc un meilleur apport lumineux.
Avec les menuiseries ouvrant à la française, une autre solution tend à se généraliser : la mise en place d'équipements oscillo-battants. Cette solution convient aux portes-fenêtres, avec le même principe de bascule de l'ouvrant. Autant dire que le choix n'a jamais été aussi important, s'adaptant à toutes les constructions, mais également aux budgets à y consacrer.